<< articles précédents 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 articles suivants >>

TREVE DE L'HIVERS (18/11/2003)
Voila la saison est terminé avec des haut est des bas.
Le 13 décembre 2003, afin de cloturer définitivement la saison,nos pilotes sont invités par LAUMATEC et SG COMPETITION à s'essayer toujours sur 4 roues mais en formule Renault.
En effet, ils vont faire des essais sur le circuit du Val de Vienne
Rendez-vous donc au 13/12/2003.
VIVEMENT 2004 (22/10/2003)
La saison qui vient de se terminer à Angerville n’aura pas été des plus faciles pour les pilotes Laumatec. Laurent Mazière a achevé l’exercice dans le top 10 en Elite, tandis que les Espoirs et le Junior de l’équipe ont poursuivi leur apprentissage. L’important bagage accumulé en 2003 au niveau national et international leur sera à coup sûr bien utile pour la suite de leur carrière sur 4 roues.
Laurent Mazière (Tecno-Maxter / Elite) : Le champion de France 2001 n’a pas été en mesure de rééditer en course les bons chronos relevés vendredi et lors du warm-up du samedi matin. Bas régime, puis haut régime, le Maxter n’a pas donné sa pleine mesure au cours de la phase finale. Mais Laurent marchait fort sous la pluie de la fin de course ! « Dommage que la course ait été interrompue, car je faisais partie des rares pilotes encore en piste au moment du drapeau rouge. »
Ludovic Lombard (Tecno-Maxter / Espoir) : après un excellent début de saison, qui l’a vu se qualifier pour la finale à Salbris, Lyon et Varennes, Ludo a connu une fin de parcours moins agréable. Une place dans les 6 premiers du repêchage était cependant tout à fait à sa portée puisqu’il s’élançait de la deuxième ligne… Mais pour cela, il n’aurait pas fallu que le fil de bougie ne se détache dès le premier tour ! La Coupe de la Ville générera une autre déception puisqu’il sera cette fois victime de l’accrochage des deux concurrents placés juste devant lui. Il reste qu’il s’agit d’un pilote rapide, d’un véritable attaquant que l’on s’attend à voir évoluer dans le peloton des favoris l’an prochain.
Pierre Villedieu (Tecno-Maxter / Espoir) : le Normand gardera un bon souvenir d’Angerville : des fleurs, du champagne, un trophée et de belles photos à contempler pendant l’hiver, histoire de se construire une grosse motivation en vue de la saison prochaine. Le week-end avait pourtant commencé par une olive de bougie cassée aux chronos. Du fond de grille, il remonte 9 places dans la première manche et entrevoit la qualification à deux tours de la fin sous la pluie de la deuxième, au virage de la caféteria… Mais cet espoir s’évanouit dans une sortie de route ! Peu en verve au repêchage, il garde la tête froide pendant les 13 tours d’une Coupe de la Ville qu’il achève à la 3ème place, à moins de 3 dixièmes de seconde du premier : podium ! Une sympathique récompense pour ce garçon qui ne l’est pas moins. Pour avoir expérimenté un large éventail de situations à éviter tout au long de l’année, il sait désormais ce qu’il faut faire pour concrétiser en 2004 !
Steve Laboute (Tecno-Maxter / Espoir) : jamais il n’était passé aussi près de sa première finale de championnat de France ! A l’issue des manches, il compte 27 points, autant que Convers, qui sera titré le lendemain, Peurière et Martins… mais les 4 pilotes sont départagés par le classement des essais chronométrés, et Steve se retrouve en pole position pour le repêchage. « J’ai pris le meilleur départ, mais un pilote s’est porté à ma hauteur au freinage de la cafétéria. J’ai un peu stressé et je suis parti en tête à queue. » Il ne pourra pas se consoler à la Coupe de la Ville, en raison d’un accrochage… En Espoir, la première année est souvent synonyme de déboires de toutes sortes, Steve l’a, comme tant d’autres, vérifié plus souvent qu’à son tour en 2003. Mais s’il repense à son Trophée Kart mag 2002, aux 81 places gagnées entre les essais et la course, gageons qu’il trouvera les ressources mentales pour tirer parti de l’expérience accumulée cette année et rebondir en 2004.
Antoine Dupont (Tecno-Maxter / Junior) : « Nous sommes venus découvrir la piste au mois d’août dernier, mais j’ai tout de même eu du mal à m’habituer aux trajectoires, et à trouver les bons réglages de châssis et de carburation. » Pas de finale pour Antoine à Angerville, à une place près au repêchage : « j’étais plus vite que les deux pilotes qui me précèdent au classement, mais j’ai fait deux tête-à-queue… » 2004 sera placée sous le signe de l’Espoir pour le Nordiste, une catégorie qui devrait mieux convenir à son gabarit. De plus, il sera le régional de l’étape pour l’ouverture de la saison à Ostricourt.
DES PILOTES QUI EN VEULENT (24/09/2003)
Leur motivation ne fait guère de doute, mais hélas, le manque de réussite leur colle aux bottines ! Les pilotes Tecno-Laumatec ne conserveront pas un souvenir impérissable de leur week-end lavallois.

Laurent Mazière (Tecno-Maxter Elite)
Habitué aux honneurs, aux victoires et aux titres au plus haut niveau du karting depuis de nombreuses années, Laurent continue à se battre avec une détermination qui fait plaisir à voir. Sa 12ème place de la préfinale, il est allé la chercher ! Cette progression de 8 places n’a hélas pas eu de suite en finale en raison de l’accrochage qui a éliminé 10 protagonistes, dès le premier passage dans la fameuse « cuvette » ! Il remonte malgré tout d’un rang dans la hiérarchie du championnat de France et le top 5 reste accessible.

Hugo Blanchot (Tecno-Maxter Espoir)
Laumatec accueillait un nouvel Espoir sous son auvent à Laval. Hugo a débuté sa carrière en catégorie Promo, puis a tâté de la Nationale 100 et du Rotax Max. Il a ensuite fait partie des pionniers du nouveau championnat de France « Formule Kart » lancé à l’automne 2002 par « La Filière FFSA ». Vainqueur d’une préfinale à Lavelanet, il a jeté l’éponge avant la fin de la saison, écœuré par le manque de fiabilité du matériel mis à sa disposition. « Je souhaitais rebondir en Espoir et mon mécanicien m’a conseillé l’équipe Laumatec. J’ai donc décidé de faire un test à l’occasion de cette course. J’ai apprécié l’ambiance, et l’aide de Laurent Mazière. Je pense donc continuer avec eux l’année prochaine. » En tête du quatuor des pilotes Espoir Laumatec aux essais, Hugo est parvenu à se qualifier en finale dès ses débuts dans la catégorie. Mais tout n’a pas été facile pour autant le dimanche. En préfinale, il ne peut éviter un pilote parti à la faute, sort lui aussi de la piste et parvient à repousser son kart. Il termine 24ème avec le handicap d’un arbre tordu. Sa finale se termine de la même façon que celle de Laurent Mazière, au deuxième virage du premier tour. « Il était strictement impossible de passer. Je regrette surtout que la direction de course n’ait pas mis le drapeau rouge car moins de 40 secondes après, plusieurs karts encombraient toujours la piste quand les leaders sont repassés… »

Ludovic Lombard (Tecno-Maxter Espoir)
Moins à l’aise aux essais chronos qu’à l’habitude, Ludo a réussi une bonne première manche avec un saut de 11 places dans le classement. Il était bien parti pour assurer sans trop de difficultés sa qualification dans la deuxième, quand il s’est retrouvé coincé entre un vibreur peu accueillant sur sa gauche et un adversaire encombrant sur sa droite dans la descente qui précède la cuvette… Le contact entre les deux karts a entraîné la perte d’une roue pour Ludo, et un passage par la case repêchage. Là encore, tout semblait bien engagé après le premier virage : le traditionnel accrochage s’était produit derrière lui. C’était sans compter sur les pilotes têtus, qui pensent pouvoir repartir alors qu’ils n’ont plus aucune chance ! Au lieu d’évacuer son kart, l’un d’eux a trouvé le moyen de le laisser à cheval sur le vibreur, en pleine trajectoire. Lancés à fond, les leaders ont réussi à l’éviter, tandis que Ludo l’a découvert au tout dernier moment. Le choc a été spectaculaire, et l’arbre arrière n’y a bien sûr pas résisté. Adieu finale.
Pierre Villedieu (Tecno-Maxter Espoir)
Pierre a beaucoup de qualités, notamment celle qui consiste à ne pas se voiler la face. Voici comment il analyse sa non-qualification à l’issue des manches. « Je réalisais de bons chronos, mais j’ai fait de mauvais départs. En course, je ne suis pas encore assez régulier. J’avais des problèmes dans l’épingle juste avant l’aérodrome et à chaque fois, je perdais les 2 mètres qui m’empêchaient de prendre l’aspiration et de dépasser au bout de la ligne droite. » Cette année, seuls deux pilotes étaient admis à rejoindre les finalistes à l’issue du repêchage. Cela ne pouvait que multiplier les risques d’accrochages… « Dans la remontée après la cuvette, un pilote m’a poussé par derrière, et le kart a tiré tout droit. Il était intact, mais je me suis retrouvé dans l’herbe et j’ai calé. Au repêchage, ce n’est pas la peine d’essayer de repartir ! »
Steve Laboute (Tecno-Maxter Espoir)
La situation se complique dès les chronos pour Steve, qui souffre d’un châssis trop collé à la piste. Le moteur ne peut donc exprimer sa puissance. L’usure des pneus améliore toutefois progressivement les choses : 1’’4 d’écart aux essais chronos, 1’’ à la première manche où il gagne quelques places, plus que 7 dixièmes à la deuxième manche… « Un gros accrochage s’est produit devant moi, j’ai freiné mais on m’a percuté par l’arrière. Je suis reparti, hélas avec trop de retard pour aller en finale. » Scénario similaire au départ du repêchage, où Steve montre encore ses progrès en tournant à 5 dixièmes seulement du record du tour. On lui souhaite plus de réussite pour sa course à domicile, à Angerville.
Antoine Dupont (Tecno-Maxter Junior)
Visuellement, la différence est éloquente : Du haut de son mètre 70, Antoine a une bonne tête de plus que la plupart de ses camarades du peloton des Juniors. La surcharge s’est aggravée depuis Varennes avec maintenant 12 kilos de plus que le poids minimum autorisé. C’est donc un double handicap auquel il doit faire face, cet excédent étant placé trop haut du fait de sa taille, sans compter que la largeur limitée de la voie arrière en Junior n’arrange rien. Bon, à son âge, cette catégorie est la seule disponible, et on ne va pas empêcher ce garçon de grandir sous prétexte qu’il aime le karting… Antoine et son entourage ont donc décidé de ne pas en faire un complexe, et de redoubler d’efforts pour progresser au niveau du pilotage et de l’approche technique, en attendant de passer en Espoir. Ses efforts ont commencé à payer à Laval, avec un écart chronométrique diminué par rapport au reste du peloton, et quelques bagarres bénéfiques pour le moral et l’expérience.

<< articles précédents 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 articles suivants >>