<< articles précédents 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 articles suivants >>

Jean Yves LO PRESTI nous a quitté (15/03/2004)
Ayant travaillé avec Jean Yves, le Team LAUMATEC, éprouve une très grande tristesse. Laurent MAZIERE et Jean Pierre VALLEE ont partagé avec lui pendant plus d'un an ses joies avec la victoire de PA SOREL au Kart mag et ses tristesse quand cela ne marche pas comme il voulait.
Il restera pour LAUMATEC, le petit bonhomme, plein d'enthousiasme, de bonne humeur, de jovialité,
LAUMATEC se joint à toute sa famille dans ces moments douloureux,
LAUMATEC devient le Team Officiel France de l'Usine Italienne INTREPID (18/01/2004)
C'est Officiel le Team LAUMATEC roulera en 2004 sur les Châssis INTREPID. Le même châssis qui a gagné la coupe du monde en 2003. Sur le plan Technique et développement, LAUMATEC sera en contact direct avec l'usine INTREPID, sur le plan commercial, LAUMATEC travaillera en étroite collaboration avec la Société ALPHA KARTING qui est l'importateur exclusif de la marque INTREPID en France.
Pourquoi, le choix de la marque INTREPID ? Parce que LAUMATEC bénéficiera d'un support technique important de la part de l'usineINTREPID et d'ALPHA KARTING qui mettront tout leurs moyens, pour que le Team LAUMATEC fasse de bons résultats.
INTREPID est une Société jeune avec un dirigeant dynamique et ambitieux, disposant d'une usine ultra moderne, dotée des dernières technologies.
INTREPID, c'est la coupe du monde gagnée, c'est la pôle position au Championnat du monde, c'est de nombreuses courses gagnées en Italie et ce qui est important, les résultats ont été fait dans toutes les catégories. Ce qui prouve l’efficace du châssis.
Pourquoi INTREPID ? Parce que LAUMATEC a reçu un accueil très favorable, sur le plan commercial et Technique, de l'importateur Français ALPHA KARTING.

Comme motoriste, LAUMATEC a choisi le préparateur TM Champion du monde, qui, avec INTREPID a gagné la coupe du Monde en 2003, Moreau VILLA.
LAUMATEC a voulu se doter d’une motorisation de haut niveau, qui permettra à ses pilotes de figurer dans les meilleurs. Il faut savoir que Mr VILLA a amené plusieurs de ses moteurs sur les podiums mondiaux.
Journée découverte Formule Renault (25/12/2003)
Journée découverte Formule Renault, offerte par Laumatec à ses pilotes, Val de Vienne 13 décembre 2003
Le Père Noël s’appelle Jean-Pierre
Comme promis en début de saison, Jean-Pierre Vallée a invité les pilotes de la structure Laumatec à découvrir le pilotage d’une monoplace de Formule Renault. Organisés sur le circuit du Val de Vienne en partenariat la nouvelle équipe « SG Formula » de Stéphane Guérin, ces baptêmes ont réuni 6 kartmen totalement néophytes : seul Laurent Mazière avait testé, en qualité de membre de l’Equipe de France, une Formule Campus de La Filière FFSA en 2002…
Commençons par les présentations : côté « apprentis pilotes auto », Ludovic Lombard et Pierre Villedieu ont participé aux championnats de France et d’Europe Espoir. Hugo Blanchot, après quelques courses dans le championnat « Formule Kart » de La Filière, a rejoint Ludo et Pierre chez Laumatec à l’occasion de l’épreuve de Laval. Jordan Jardel a couru en Nationale 100 et s’est mis en valeur au Trophée Kart mag. Enfin, l’effectif était complété par Laurent Mazière, vu cette saison dans les championnats de France, d’Europe et du Monde en Formule A. Il était accompagné de son frère Christophe, qui a couru en Karting il y a quelques années, notamment dans la catégorie Espoir.
L’équipe « SG Formula » est une des nouveautés de l’intersaison : elle est le fruit de la récente reprise de l’activité de la célèbre équipe ASM de Formule Renault, championne de France 2002, par Stéphane Guérin, plus connu jusqu’alors par ses activités de manager de pilotes Stéphane Guérin. Jean-Pierre Vallée tenait à saluer la qualité de la prestation offerte à ses pilotes par SG Formula : « Tout le monde s’est mis en quatre pour que la journée se passe au mieux. Les pilotes ont pu se « lâcher » un peu cet après-midi sur le sec, après avoir fait leurs premiers tours de roue sur piste humide ce matin. Je tiens à remercier Stéphane et son équipe pour cette journée que l’on peut qualifier de totale réussite. »
Après avoir écouté les conseils du pilote SG Guillaume Moreau, puis procédé aux réglages de position de conduite, les 6 pilotes Laumatec se sont élancés sur la piste luisante du Vigeant. Voici leurs réactions à chaud, recueillies juste après les premières séries de tours de piste :
Ludovic Lombard : « C’était vraiment génial, au début j’ai essayé de prendre mes repères, et puis j’ai pris confiance pour attaquer à partir du 3ème tour. C’est difficile d’avoir une accélération linéaire en sortie de virage, donc j’ai fait quelques glissades, mais j’ai réussi à contrebraquer pour rectifier le tir. Il faut rester dans l’initiation, aujourd’hui c’est un baptême, nous sommes là pour passer une bonne journée, pas pour faire des temps ! »
Hugo Blanchot : « Passer la première est déjà assez compliqué. Je viens d’avoir le permis, et je pensais que c’était plus facile ! Après, sur la piste, on a de bonnes sensations de vitesse. Tout s’est bien passé malgré un petit tête à queue… Je suis arrivé au freinage, gentiment, et au moment de réaccélérer, j’ai dû appuyer un peu fort, et je me suis retrouvé à l’envers. C’est reparti, car je n’avais pas calé. »
Jordan Jardel : « C’est une Formule Renault, une voiture qui a beaucoup de couple et qui pousse, on se prend facilement au jeu de vouloir faire comme en kart, en mettant la pédale au fond ! Il faut bien doser et accorder le volant et les pédales. Sur mon tête à queue, j’ai accéléré alors que la voiture n’était pas droite, ça ne pardonne pas. Heureusement, j’ai pris les freins pour éviter le mur, parce que les dégâts coûtent aussi plus cher qu’en kart ! »
Pierre Villedieu : « J’ai été impressionné par la puissance de la voiture. La boite était une totale nouveauté pour moi. Je ne savais pas à quel moment rétrograder, ni sur quel rapport passer dans les virages. J’ai fait un petit tête à queue, au premier tour, pour avoir accéléré trop fort en sortie de virage et pas assez débraqué. Puis, c’était mieux, mais je n’allais pas assez vite, je vais attendre qu’il fasse sec ! »
Christophe Mazière : « Je suis aux anges. Trouver le bon dosage de l’accélérateur n’est pas évident. Une fois que j’ai pris le coup, ça allait, mais j’ai fait un tête à queue qui m’a remis les idées en place ! »
Laurent Mazière :« J’appréhendais un peu la casse, le freinage, je cherchais un peu les virages au début, mais la voiture réagit super bien. Ça marche, par rapport à une Campus, rien à voir, et ça freine plus fort aussi ! Je me suis régalé. »

<< articles précédents 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 articles suivants >>