<< articles précédents 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 articles suivants >>

POINT FINAL (22/10/2004)
C’est à Essay, tout près d’Alençon, que l’équipe Laumatec a participé à sa dernière grande course nationale de la saison. Selon une méthode désormais bien huilée pour le team ardéchois, celui-ci s’était déplacé en Normandie quelques jours avant la course pour réparer au mieux cette ultime manche de la série Grand Prix Karting FFSA. Ce travail de fourmi a porté ses fruits, puisque Pierre-Alain Sorel (Elite) et Ludovic Lombard (Espoir) ont entamé de belle manière leur week-end en réalisant des temps encourageants aux essais chronométrés, pendant que le jeune Benjamin Lejop poursuivait son apprentissage pour sa 2e course en Espoir. Hélas, les aléas de la course n’ont pas tourné à l’avantage des “bleu et jaune”.
Plutôt que de revenir sur cette course difficile, Laurent Mazière, le team manager de l’équipe, a préféré tirer un bilan de la saison écoulée. “Je suis très satisfait du matériel que nous utilisions pour la première fois cette année et du potentiel que nous avons démontré à plusieurs occasions. Hugo Blanchot a terminé 4e à Laval, Ludovic Lombard a pris la 5e place à Ostricourt, Pierre-Alain Sorel a décroché plusieurs places dans le top-10 en Elite, qui reste une catégorie excessivement difficile, tandis que Benjamin Lejop a signé des chronos vraiment très rapides pour ses débuts en Espoir. Le châssis Intrepid a bien évolué tout au long de la saison, alors que les TM préparés par Mauro Villa restent des valeurs sûres pour disputer des grands championnats. On a parfois manqué de réussite, surtout avec Pierre-Alain, mais il faut dire que nos pilotes manquaient encore d’expérience au plus haut niveau.

Pierre-Alain Sorel (Intrepid-TM / Elite)
Le Parisien a démarré son week-end à 100 à l’heure. Ravi des performances de son matériel, il signe le 4e temps et termine 3e de la première manche. “Décrocher de tels résultats dans un championnat réputé pour être le plus relevé d’Europe avec celui d’Italie a quelque chose de très valorisant”. Mais alors que Pierre-Alain commence à imaginer la suite des événements avec optimisme, il doit abandonner dans la 2e série qualificative. Certes, il parvient à terminer 7e de la suivante, mais un accrochage le coupe dans son élan en pré-finale. Après être reparti et remonté en 16e position, tout en signant des temps similaires à ceux des hommes de tête, un carambolage au départ de la finale met un terme définitif à sa prestation.
“C’est dommage, car j’étais performant et j’avais une belle carte à jouer au championnat. D’autant plus qu’à Essay, les pneumatiques Véga que j’utilisais fonctionnaient beaucoup mieux que les Bridgestone. Au lieu de finir sur une note positive, je passe à côté d’une place dans le top-10 du championnat, alors qu’elle était à ma portée”.

Ludovic Lombard (Intrepid-TM / Espoir)
A Essay, l’Auvergnat est monté sur la première marche du podium, mais pas celle qu’il escomptait. Explications… “En réalisant le 10e temps de mon groupe, j’avais de grandes chances d’accéder une fois de plus à la phase finale d’un Grand Prix. Sur cette piste très technique où l’adhérence évoluait sans arrêt suivant la température extérieure, j’étais content d’avoir trouvé un bon équilibre au niveau du châssis. Seulement, je me fais percuter dès la première manche et je plonge à la 21e place. Ayant d’entrée joué mon joker, j’assure la 11e place dans la deuxième série, avant de manquer à nouveau de chance dans la dernière. A une place près, je me retrouve donc non-qualifié. Décevant !”
Décidé à ne pas terminer l’année sur un échec, Ludo s’inscrit à la Coupe de la région Normandie. Au terme d’une lutte de tous les instants avec trois autres pilotes, il passe le drapeau à damier en vainqueur. Une belle consolation pour le pilote Laumatec…

Benjamin Lejop (Intrepid-TM / Espoir)
Encore Junior il y a quelques mois, Benjamin a disputé sa 2e course en Espoir sous les couleurs Laumatec, toujours dans le but de préparer au mieux l’année 2005 où ses objectifs seront plus élevés. En attendant, il a souffert sur le difficile tracé du pays d’Essay. “Ma course ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices, puisque je me retrouve 21e de mon groupe aux chronos. Je gagne six places dans la première manche tout en signant le 2e meilleur temps. Dans la seconde, je perds un peu de temps dans la bousculade du départ et je ne peux faire mieux que 19e. Je tourne encore dans les temps des meilleurs dans la dernière qualif’, mais j’ai manqué un peu d’opportunisme dans les dépassements”. Bilan, Benjamin passe à côté de la phase finale.
7e sur la grille de départ de la Coupe de la région Normandie, il ne tarde pas à revenir sur son équipier Ludovic Lombard aux avant-postes. “En fin de course, j’ai commis une petite erreur et deux pilotes m’ont repassé. Dommage, j’échoue au pied du podium, alors qu’on aurait pu signer le doublé pour Laumatec. J’ai gagné cette consolante à Angerville, c’était cette fois au tour de Ludo”.
LE CHAMPIONNAT REGIONAL (04/07/2004)
Comme dans les Grands Prix FFSA, le TEAM LAUMATEC a brillé en Catégorie Rotax et en catégorie N100.

Mathieu CLAVEL
Personne ne l’attendait mais dés la première manche du Championnat à Valence, Mathieu surprend tout le monde et impose son châssis INTREPID devant les cadors de la catégorie en montant sur la plus haute marche du podium.
Même Mathieu ne s’attendait pas à cette performance, certes, grâce au Team Laumatec, il bénéficiait d’une motorisation TM du préparateur Italien, Champion du Monde, Mauro VILLA.
Pour la deuxième manche, Mathieu était sur ces terres, il est évident qu’il ne pouvait pas créer la surprise et les Brun, Baboulin, Convers, Eymard, Digard s’avaient ce qu’il pouvait faire avec son INTREPID/TM. Ce fut un peu plus difficile pour Mathieu qui en finale doit s’incliner derrière un Brun qui ne lui laisse aucune chance, néanmoins il monte encore une fois sur le podium mais sur la deuxième marche.
En arrivant à Valence pour la 3eme et dernière manche du championnat, Mathieu est plus serein car du fait des résultats de ses plus proches concurrents, seul Brun est devant lui et il a quasiment sa qualifications au Championnat de France dans la poche.
Mathieu avait, à Valence la possibilité de gagner le titre de Champion régional, Brun n’avait pas la domination qu’il avait à Lavilledieu, mais c’était sans compter sur un accrochage dans la pré finale qui, enlevait à Mathieu toute possibilité de remporter le titre. Le couteau entre les dents, il part en finale, remonte petit à petit pour finir encore une fois sur le podium mais sur la 3eme marche. Cela lui donne le titre de vice champion régional et surtout sa qualification au Championnat de France.
Bravo Mathieu, mais il ne faut pas t’endormir, le plus dur reste à faire.

Collin NOGIER
Faisant du kart depuis environ 7 mois, Collin s’aligne en catégorie ROTAX, ce fut un apprentissage à la première manche à Valence, il a eu beaucoup de mal à comprendre les rouages de la compétition, mais il apprend vite dés, la 2eme manche, à Lavilledieu, il mène son Rotax de main de maître et taquine les meilleurs, mais le manque d’expérience lui fait défaut, Collin se laisse déborde et finit 9éme. A la 3eme manche, Collin est un peu plus dans le bain, il met à profit les conseils de Laurent MAZIERE, l’expérience des 2 premières manches et le voilà à l’attaque devant pour finir après sa 3eme course 4éme de sa catégorie. Belle performances.

Thibault JURADO
Sa première année de promo et 2éme année de course, ne restera pas dans sa mémoire, une année assez noire à oublier, car course après course, les problèmes se sont accumulés, problèmes moteur, accrochage etc… enfin Thibault à le moral, nous le reverrons en kart l’année prochaine et qui sait ? Peut être en N100.

Pierrot MAURY
Encore un à qui la chance n’a pas sourie, malgré son châssis Intrepid tout neuf de l’année, il lui en manquait pas mal pour rivaliser avec ses concurrents. Si Pierrot était très content de son châssis, il n’en était pas de même avec son moteur avec lequel il prenait allégrement 10 à 15métres après chaque ligne droite. Pierrot a fait preuve de beaucoup de malchance en s’accrochant plusieurs fois et surtout en cassant du matériel, ce qui n’est pas agréable du tout.
Laumatec souffle le chaud dans le Nord (07/06/2004)
Comme à Laval et à Lyon, les pilotes Laumatec ont encore fait sensation à Ostricourt. « Aucun membre de l’équipe ne connaissait le circuit d’Ostricourt, soulignait Laurent Mazière, le responsable technique du team. C’est pour cela que nous
sommes montés un week-end dans le Nord pour repérer les lieux et commencer le travail de mise au point du matériel. Finalement, l’arrivée de la pluie le jour de la course a remis tout le monde à égalité, mais Pierre-Alain Sorel et Ludovic Lombard ont su exploiter au mieux ces conditions pour décrocher d’excellent résultat.»


Pierre-Alain Sorel (Elite)
Pierre-Alain n’a pas perdu les bonnes habitudes du début de saison. Pour la troisième fois consécutive, l’intrépide Parisien a signé une remontée d’anthologie pour revenir dans le top-6, comme il avait pu le faire quatre semaines plus tôt à Lyon. La course paraissait pourtant mal engagée… « Signer le 14e temps de ma série à plus de cinq dixièmes de la pole position n’était pas vraiment ce à quoi je m’attendais aux essais chronométrés, après avoir signé des temps prometteurs le vendredi. » Décision est prise d’utiliser le deuxième châssis pour les
qualifications, mais le tracé sinueux d’Ostricourt ne favorise guère les
dépassements dans la catégorie Elite, où le niveau est extrêmement relevé. La pluie fait son apparition le lendemain et Pierre-Alain se dit qu’il a une belle carte à jouer. « Ma remontée en 8e position dans la dernière manche m’a mis en confiance pour la phase finale. » Le problème est qu’en partant en queue de peloton, on n’est pas à l’abri des incidents. « Dès le premier tour de la pré-finale, je me suis retrouvé bloqué dans l’accrochage du départ. J’ai réussi à me repousser, puis à gagner quelques places. En finale, la piste commençait à sécher, mais le ciel restait menaçant. L’équipe a pris les bonnes décisions dans le choix des pressions de pneus à adopter. Je savais que le début de course serait difficile, mais j’ai su saisir ma chance par la suite pour gagner 15 places et couper l’arrivée en 6e position. » Voilà désormais le pilote Laumatec au 8e rang du championnat national le plus relevé d’Europe. Pas mal pour un pilote qui a découvert la catégorie Elite en début d’année !

Ludovic Lombard (Espoir)
Ce fut un week-end éprouvant pour toute l’équipe, car elle a beaucoup travaillé pour adapter le matériel à une piste qui ne cessait d’évoluer. Au final, le résultat décroché par Ludo en valait la peine… « Dès les essais libres, les conditions
d’adhérence changeaient à chaque séance. Trouver le bon réglage pour les chronos n’était pas aisé, particulièrement au niveau des pressions des pneus. »
L’Auvergnat parvient à se qualifier au milieu du tableau, mais il doit abandonner dès la première manche. « Un pilote m’a touché à l’arrière, ce qui a endommagé la jante. » Cet incident a au moins l’avantage de décupler la motivation de Ludo, qui doit remonter dans la hiérarchie sans commettre d’erreur. Avec un ensemble Intrepid-TM réglé «aux petits oignons», il gagne dix places dans la seconde
manche et termine 6e. Le lendemain matin, il pleut sur Ostricourt, mais cela n’arrête pas Ludo, dont la progression s’achève par une 3e place, avec des temps dans le même dixième que le futur vainqueur. Le pilote Laumatec a donc largement assuré sa qualification, mais sa manche ratée du samedi le relègue au 24e rang au cumul. Qu’importe, il poursuit son festival le dimanche après-midi. « Sous la pluie, je me suis régalé. En plus, mon châssis Intrepid s’est montré très à l’aise dans ces conditions. En pré-finale, j’ai pris un bon départ et je suis remonté 6e. » Soit 18 places de mieux ! « Je pensais vraiment pouvoir monter sur le podium de la finale, mais le départ ne m’a pas permis d’accrocher le wagon des hommes de tête. Je suis ressorti du premier virage en 7e position, j’ai réussi à regagner deux places, sans pouvoir effectuer ensuite la jonction
avec les quatre premiers. »
Ces excellents résultats permettent néanmoins à Ludovic Lombard de remonter 16e au classement provisoire du championnat de France.

Hugo Blanchot (Espoir)
Brillant sur le circuit rapide de Laval, Hugo s’est senti à l’étroit sur le tracé sinueux et bosselé d’Ostricourt. Originaire du sud de la France, il n’a guère apprécié son séjour nordiste. Pourtant qualifié devant son équipier Ludovic Lombard aux essais chronométrés, il a abordé la course plein d’espoir. Hélas, son parcours dans les manches de qualification se transforma en chemin de croix. Hugo attend désormais avec impatience la demi-finale du championnat d’Europe qui se disputera à Lavelanet, sur un circuit qu’il connaît comme sa poche !

<< articles précédents 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 articles suivants >>